La liberté à votre portée (avec Olivia Kryger et Solène Renault)

Notre nouveau projet (2020-2021) Portraits THÉÂTRE ET PHOTOS

D’après : Manon Garcia, Nancy Huston, Louise Bourgeois, Agnès Varda, Virginia Woolf, Marguerite Duras, Antoinette Fouque, Annie Ernaux, Chimananda Ngozi Adichie, Niki de Saint Phalle

et d’après les paroles récoltées auprès de femmes, de filles et fillettes de tous âges et d’origines diverses.

Vous parlez beaucoup du corps dans vos derniers ouvrages…

Nancy Huston : J’en parle beaucoup depuis toujours. La philosophe et écrivaine Annie Leclerc [auteure de Parole de femme, Actes Sud, et d’Hommes et femmes, Le Livre de poche] est une des personnes les plus intelligentes que j’ai rencontrées. Il faut lire son éloge du féminin – les règles, la maternité, le ménage, la cuisine, l’éducation des enfants. Il lui a valu de se mettre à dos Simone de Beauvoir et son entourage ; pourtant, elle avait raison : toutes ces choses cruciales qui nous appartiennent sont toujours dévaluées. Pour un homme, c’est plus facile de se dire : « Je suis un pur esprit et je gère la matière extérieure. » Mais nous, les femmes, avons plus de difficulté à maintenir cette illusion. Comme le dit le rabbin Delphine Horvilleur, la femme est poreuse, c’est pour ça qu’on la désire et qu’on la déteste : parce qu’elle est ouverte. Des hommes y entrent, des bébés en sortent, elle peut donner naissance à quelqu’un d’une autre ethnie, et même à « l’ennemi ». C’est vieux comme l’humanité, la porosité féminine.

Note d’intention

Nous partirons nous aussi du corps des femmes pour mener notre réflexion sur la fabrication des entités, fantasmes, réalités, rêves « féminins ».

Pour dessiner les chemins possibles vers une émancipation réelle, nous irons interroger les petites filles, les ados, les jeunes femmes et les vieilles dames (et puis des hommes aussi).

« Si on ouvrait les gens, on trouverait des paysages, moi si on mouvrait, on trouverait des plages. » Agnès Varda

Si on ouvrait la Femme, que trouverait-on ? Ou plutôt, qu’y a-t-il dans ce corps de femme tout entier ? Qu’y a-t-il dans la tête des femmes, dans leur ventre, dans leurs jambes, dans leur dos ? Des mystères, des zones d’ombres, des désirs, des plaisirs, des culpabilités, de la frustration, des rêves, des rires, de la charge mentale, de l’action, des joies, des sanglots…

Partant d’une conférence, la forme du spectacle sera résolument tournée vers l’auto-dérision, le rire, le pétillant. Mener une réflexion sérieuse mais savoir rire de nos peurs, constats, inquiétudes.

Tenter de repenser les conditions d’existence des femmes pour construire aujourd’hui et durablement les conditions de leur liberté, de leur indépendance.

Il faut quon aide les femmes à trouver leur voix véritable qui ne soit pas filtrée par celle dun masculin transmise à travers les siècles. Delphine Horvilleur

La liberté à votre portée ! vous dit tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la liberté de la femme, sans jamais oser le demander.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédiger et voir les commentaires (0)